En cette fin d’année 2014 et au retour des vacances, je demande aux élèves de toutes les classes de se produire musicalement au cours d’une audition en classe. Nous bénéficions d’une petit scène et d’un micro quand celui-ci n’est pas HS. Un de mes collègues a même prévu une véritable scène de théâtre avec des rideaux et des spots.

C’est un moment particulier dans l’année avant les vacances de Noël et de printemps.

Chacun est invité à devenir pour un cours moment artiste et non plus élève.

Quelques consignes sont données au préalable dès le mois de septembre de façon à laisser du temps à la préparation:

– On choisit une chanson  (à apprendre par coeur) ou un morceau instrumental.

– On a la possibilité de se mettre à 2 pour le chant, à plusieurs pour les instruments.

– On a la possibilité de s’aider d’une bande instrumentale ou de s’associer avec des élèves instrumentistes du collège pour être accompagné.

– Le but premier n’est pas de chanter « juste » mais de faire une prestation la plus aboutie possible.

– Les critères de notation ne sont pas tous musicaux, il est aussi important de savoir présenter sa chanson, gérer son stress et ne pas oublier le salut final que de respecter le rythme, la mélodie et d’avoir une articulation correct pour l’intelligibilité des paroles, mais aussi de faire passer une émotion.

– Tous les styles de musiques sont permis, à condition de rester dans les limites du respectable pour les paroles et de correspondre au niveau de l’élève.

Certaines 3èmes en sont encore à « une souris verte…qui courait dans l’herbe… »

Une des caractéristiques de l’audition est assez simple,  mais choisir une chanson que l’on aime bien, que l’on écoute en boucle et que l’on connait par coeur par plaisir n’est pas le cas de tous. Certains de nos élèves vivent dans un « désert culturel » et n’écoutent pratiquement pas de musique chez eux. L’audition a donc le mérite de leur faire appréhender la musique en choisissant par eux-mêmes et en se questionnant pour connaitre leur propre goût.

Pour quelques-uns, leur choix s’arrêtera sur une chanson étudiée en primaire, pour d’autres, les parents auront un peu aiguillé leur choix. Pour d’autres encore,    ce sera la dernière chanson à la mode, ou au contraire quelque chose de très original.

L’expérience n’est pas vécue par tous de la même façon, pour certains, c’est un moment très pénible, car

chanter en public n’est pas chose facile, surtout à l’adolescence. 

Pour quelques-uns, l’épreuve est insurmontable, je propose donc des aménagements, par exemple, chanter à la récréation en très petit comité.

A contrario, quelques élèves timides ou peu expansifs peuvent se « révéler » aux yeux des autres comme d’excellents interprètes. Le regard des autres peut évoluer positivement à cette occasion.

En tout cas, le meilleur juge de la qualité de la prestation reste la qualité du silence pendant l’écoute. Chacun a droit à des applaudissements plus ou moins nourris qui peuvent aller de simples applaudissements de politesse jusqu’à la « standing ovation ». Jamais la réaction des camarades n’a été de la moquerie ou des quolibets, chacun étant à la même enseigne. Quant à moi, je note avec une extrême bienveillance, connaissant moi-même la difficulté de la tâche.

Alors, pourquoi cette audition tant redoutée par certains…

parce que je considère que si on est capable de chanter en public, on aura moins de mal à passer des examens oraux, à affronter le regard des autres, à s’exprimer en public en parlant distinctement, à gérer ses émotions,  toutes ces petites choses auxquelles on ne confronte pas assez les élèves et qui servent à la vie d’adulte.

Un autre des bénéfices est de faire chanter dans les familles, certains parents me racontent qu’ils ont entendus souvent leur enfant chanter pour préparer l’audition.

Voilà, en espérant avoir fait naître quelques vocations en chemin…

 

 

 

Publicités